Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 août 2010 7 29 /08 /août /2010 12:47

Hiroshima.jpg

"La guerre est un conflit armé opposant au moins deux groupes militaires organisés réguliers. Elle se traduit ainsi par des combats armés, plus ou moins dévastateurs et implique directement ou indirectement des tiers. Elle qualifie donc tous les conflits, qui ont pour principales caractéristiques, la force physique, les armes, la tactique, la stratégie ou la mort de certains de ses participants ou de tiers (civils, employés et membres d'associations humanitaires etc.)."

 

La guerre est banalisée, sécularisée. La guerre n'émeut plus personne si ce n'est lorsque des anecdotes tragiques parviennent jusqu'aux médias, que ce soit des prisonniers torturés, ce qui va à l'encontre des conventions de Genève où bien des soldats prenant des photos indécentes avec leur victimes etc. Notons le vocabulaire employé face à ce genre de "faits divers de la guerre": déshumanisation, lois internationales, morale, condition humaine, valeur de la vie, humanité. Il y a donc un rapprochement qui semble allez de soi entre la guerre et certains concepts plutôt humanistes. Il existerait donc des guerres justes et propres et des guerres injustes et sales.

Premier point: Le métier d'un soldat consiste potentiellement à tuer des êtres humains. Dès lors, il est absurde de parler de morale* ou d'humanisme, car aussi bien l'une que l'autre condamnent, sans appel, la violence faite à autrui. Il n'y a que l'éthique**, séculaire, qui l'authorise et qui cherche donc à l'encadrer. Une guerre peut donc être éthique, mais jamais morale, ni humaniste.

Deuxième point: Il existe une dichotomie entre la réalité perçue et la réalité réelle, entre les soldats que l'on envoie sur le terrain, et les autres, nous, les citoyens, les dirigeants, ceux qui ne sont pas confrontés aux combats. Pour mettre en lumière cette dichotomie je propose ici un exercice; il suffit de regarder la première illustration de cet article: l'explosion de la bombe nucléaire sur Hiroshima. En l'espace de 4 jours, 200 000 morts à 99,9% civils: sans doute le pire crime contre l'humanité jamais commis par un Etat. Mais que reste-t-il dans nos mémoires? La photo d'un champignon géant, impressionnante à regarder, dont on nous a tant racconté qu'elle était terrible, mais qui suscite peu d'émotion. Une photo presque jolie en fait, on pourrait la regarder avec plaisir. Voilà comment nous percevons la guerre. Comme quelque chose d'étranger, que nous ne connaissons pas. Dont on nous à raconté parfois que c'était terrible, et parfois que c'était glorieux (Cf. grande fresque américaine sur les guerres) mais dont en réalité nous savons peu de choses.

Au contraire, j'imagine que les soldats ou civils qui ont participé à une guerre savent qu'elle a une odeur, qu'elle a une colonne sonore qui n'est pas celle des films d'Hollywood, qu'on peut la toucher, qu'elle peut hanter des esprits pendants une vie entière. Cette guerre là, la vraie, on ne peut pas nous la raconter. Mais je vous invite à l'entre apercevoir en regardant le deuxième cliché de cet article, au fond. Je demande aux âmes sensibles de ne pas s'abstenir. Restez collé à votre écran, regardez la photo dans ses moindres détails, ce n'est pas du voyeurisme, c'est de l'information. C'est choquant? C'est horrible? C'est insoutenable? Inconcevable? Une nausée vous monte de l'estomac? Je pense que ceci signifie entre apercevoir la guerre. Et il est important, lorsque au cours d'une discussion vous soutiendrez une guerre quelconque, une guerre pour lutter contre le terrorisme, une guerre pour exporter la démocratie, une guerre pour liberer un peuple opprimé, une guerre pour restaurer l'économie, vous saurez  que vous parlez de ça. 

Maintenant que nous avons entre aperçut ce que pouvait être la guerre, que nous savons qu'elle ne peut être ni morale ni humaniste, Posons nous la question: peut-elle être juste?

Si par "juste" on entend Juris (du latin; le droit, la correcte application de la loi), oui, certainement, dans la mesure ou le droit de la guerre et les conventions de Genêve sont respectés.

Si par "juste" on entend Dikaion (du grec; la morale, ce qui est bien et ce qui est mal), alors non. Pourtant j'ai longtemps méprisé les pacifistes, idéalistes naïfs. Je pensais que la guerre faisait partie de l'histoire de l'humanité, qu'elle avait parfois quelques vertues économiques, ou même pacifistes! (Les bombes d'Hiroshima et Nagasaki n'ont-elles pas évité une troisième guerre mondiale?), qu'elle était ancrée dans la nature de l'homme. Mais le bien et le mal n'a rien à voir avec le droit, tout avec la morale, et celle-ci est intransigeante. Aujourd'hui je suis un pacifiste, contre la guerre, contre la violence, sans concessions aucune. Comprenez-moi bien, par humanisme j'aurais sûrement été deserteur en 1939, et certainement pas résistant armé en 1944. Ce n'est pas glorieux, mais c'est ainsi.

Je considère que le scandale ne se trouve pas dans le non-respect des conventions de Genève, mais au sein même de ces conventions qui encadrent le meurtre. N'est-ce pas là la négation de l'humanité?

 

A' l'éthique je préfère la morale. A' la raison d'Etat, je préfère la raison de l'Homme. A' la sauvegarde de la nation, je préfère la sauvegarde de l'Humanité.

 

guerre_vn2.jpg-crime-de-Guerre.jpg

 

* Morale = La morale est individuelle mais se prétend universelle, elle est généralement rattachée à une tradition idéaliste qui distingue entre ce qui est et ce qui doit être. Elle a souvent une origine qui se prétend extra humaine (divine).

** L'éthique st liée à une tradition matérialiste qui cherche seulement à améliorer le réel par une attitude raisonnable de recherche du bonheur de tous. Elle est collective (à un état par exemple) mais ne se veut pas universelle et à une origine humaine (l'éthique est le fruit de la raison, pas du dogme).

 

Article connexe: La mesure de la peine dans les religions et la societe civile

Partager cet article

Repost 0
Published by UcCaBaRuCcA - dans Politique
commenter cet article

commentaires

UcCaBaRuCcA 22/11/2012 22:10


@ John


Bienvenue ici!


C'est bref comme intervention mais ça se tiens. C'est cohérent si tu considère que l'Homme n'est qu'un animal parmis d'autre.


Mon point de vue humaniste fait que je met l'Homme au dessus des animaux, non pas qu'il ai des droits différents, mais il et différent. Pas physiquement, mais philosophiquement. La capacité de
l'Homme à faire des raisonnements complexes, à avoir des sentiments, à être rationnel ou irrationnel, à avoir des croyances, à avoir un code de conduite et de morale (presque) universel, bref, sa
"psyche" lui donne pour moi un statut de "sur-animal". A' partir de là on ne peut plus accepter ton argument. La guerre, l'homicide, n'est pas humain. C'est une erreur de l'évolution, un bug de
la raison, une emprise de la part d'animalité qui subsiste en noussur notre humanité.


De plus, si vraiment j'essaie de me mettre dans ta position, on peu dire que la guerre a comme effet de réguler la croissance du genre humain. mais le developpement du genre humains
(developpement dans le sens numerique du terme, la surpopulation) n'est que très rarement à l'origine des guerres.

John 28/03/2016 13:36

Je pense sincèrement que nos élites, ceux qui nous dirigent se disent que nous sommes du bétail.
A partir de là, tu comprendras mon point de vue.
Nos vies ne valent rien, et j'en suis bien désolé, mais c'est ainsi depuis que l'homme est l'homme.

John 18/11/2012 12:46


Salut à tous, la guerre est un merveilleux outils pour réguler la population d'une espèce qui n'as pas de prédateur.

caca 25/03/2016 14:11

caca

UcCaBaRuCcA 05/12/2011 12:55


Merci bien Mdcame, merci d'avoir lu, et de partager l'idée!

mdcame 29/11/2011 02:00


Wouaw ! Bravo à l'auteur, qui a su avec ses mots traduire merveilleusement ma pensée. Certes, c'est une conception idéaliste, mais je la trouve plus sensé que toutes les autres...

UcCaBaRuCcA 01/09/2010 08:03



Petite rectification.


Je ne pose pas le problème en ces termes:


je ne dis pas que la guerre est évitable ou pas. Je dis simplement qu'elle doit impérativement être evité, et qu'on ne fait pas tout pour ça, au
contraire, on la fomente, dans 80% des cas pour des intêrets économiques, dans 20% des cas pour des interêt politiques ou idéologiques.


Concernant les guerres des siècles derniers, je ne sais pas si elle étaient pire ou mieux. Les viols et pillages étaient monnaie courante, et probablement plus dévelopés qu'aujourd'hui. Je ne
sais pas d'où vient ton idée d'honneur du soldat (peut-être des films?)! La torture etait beaucoup plus répandue qu'aujourd'hui, presque automatique.


"Si je savais qu'en torturant un homme je pourrais en sauver 10 000" que ferais-je? Quand cette situation c'est-elle présenté??? Certainement pas à Guantanamo, ni pendnat la guerre froide. La vie
d'un être humain est d'une valeur infinie, et donc par définition elle vaut autant que la vie de 10 000. Et de façon générale, c'est un raisonement biscornu car si dans un monde idéale il n y a
plus de guerre, il n'y a pas besoin de sauver 10 000 personens. Les sauver de quoi?


Dans cet article, j eme contente il est vrai de protester, sans montrer une nouvelle voix. Mais déjà, si nous arretions de produires des armes, ça serait un bon début, car le monde en est inondé.
Et je prend le risque de voir se devellopper un marché noir. De toutes facons les armes sont faites pour tuer, ce qui compte c est que leur nombres soit le plus réduit possible, légal ou illégal.


 


Ce que je pense c'est que la haut, les dirigeants voient dans la guerre un formidable joker. L'ultime recourt à une situation économique désastreuse, l'ultime recour à une situation geopolitique
difficile. Mais la vie des Hommes ne doit pas dépendre de la situations économique ni politique. Je serais par ailleurs curieux de voir l'effet sur l'économie de l'injection des milliards
actuellement dedié à la défense de chaque pays.



Présentation

  • : En regardant par la fenetre
  • En regardant par la fenetre
  • : Un blog sur l'actualité, la politique, la société, l'économie, l'information. Plusieurs rédacteurs de tout horizons politiques et géographiques. Le but étant le dialogue, chaque commentaire trouvera une réponse de notre part.
  • Contact