Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 avril 2011 4 07 /04 /avril /2011 16:06

"Que celui qui n'a jamais péché lui jette la première pierre".

rembrandt.jpg

 

Il y a quelques années, je discutais avec des amis sur la mesure de la peine dans nos sociétés civiles et dans les textes religieux, que ce soit la Bible, le Coran ou la Torah. Beaucoup de certitudes ce sont écroulé ce jour là.

 

Les textes religieux se fondent sur une justice réparatrice, c'est à dire que si M. Dupond vole une chèvre à M. Durand, d'après la Bible M. Dupond est débiteur de cette même chèvres, plus une somme d'argent de réparation. On trouve aussi dans la Torah et le Coran des sanctions physique, c'est la fameuse loi du Talion symbolisé par le "Oeil pour Oeil, dent pour dent". Alors que dans le nouveau testament des Chrétiens on a une conception beaucoup plus idéaliste que réaliste.

Dans la Torah on peut trouver ce passage:

"Si un homme frappe à mort un être humain, quel qu’il soit, il sera mis à mort. S’il frappe à mort un animal, il le remplacera — vie pour vie. Si un homme provoque une infirmité chez un compatriote, on lui fera ce qu’il a fait : fracture pour fracture, œil pour œil, dent pour dent ; on provoquera chez lui la même infirmité qu’il a provoqué chez l’autre. Qui frappe un animal doit rembourser ; qui frappe un homme est mis à mort. Vous aurez une seule législation : la même pour l’émigré et pour l’indigène. " Lévitique 24,17-22.

Au contraire, le Nouveau Testament des Chrétiens révolutionne cette manière de penser et la justice devient exclusivement divine, c'est à dire que les Hommes n'ont pas à se faire justice eux même:

"Vous avez appris qu’il a été dit : ‘œil pour œil et dent pour dent’. Et moi, je vous dis de ne pas résister au méchant. Au contraire, si quelqu’un te gifle sur la joue droite, tends-lui aussi l’autre. À qui veut te mener devant le juge pour prendre ta tunique, laisse aussi ton manteau. Si quelqu’un te force à faire mille pas, fais-en deux mille avec lui. À qui te demande, donne ; à qui veut t’emprunter, ne tourne pas le dos."  Matthieu, 5,38-4.

Plus tard, le Coran fusionnera assez bien les deux approche:

"Et Nous y avons prescrit pour eux vie pour vie, œil pour œil, nez pour nez, oreille pour oreille, dent pour dent. Les blessures tombent sous la loi du talion. Après, quiconque y renonce par charité, cela lui vaudra une expiation. Et ceux qui ne jugent pas d’après ce qu’Allah a fait descendre, ceux-là sont des injustes." Sourate V , verset 44-45.

Ces 3 conceptions de la justice peuvent nous sembler archaïques, cruelles ou naïves, toutefois elles répondent rationnellement à un problème défini. Et intellectuellement le raisonnement est valable. Allons voir ce qui ce passe dans la société civile.

  real-panopticon.jpg

La conception de la justice et de la peine dans nos sociétés démocratiques est très éloigné de ce que les religions nous ont dicté. Dans notre monde bien terrestre, le péché (concept beaucoup plus large englobant un aspect intellectuel et morale outre les aspects factuels) se réduit au crime (concept beaucoup plus restreint, incluant quasi exclusivement les aspect factuels), ce qui est normal dans une société civile et laïc. C'est étonnant lorsque l'on considère que pendant près de 2 millénaires nous avons vécu dans une société Christianiser. Pourtant le système judiciaire est aujourd'hui complètement hermétique aux "lois divines" pour ce qui est de l'application de la peine, et nous faisons un recours massif à l'incarcération. [Ce ne fut pas toujours le cas, Michel Foucault (Surveiller et punir) indique que l'incarcération est devenu une peine en soi seulement à partir du XIX siècle. Alors qu'auparavant les prisons servaient de lieu de rétention en attendant le vrai châtiment (exécution, bannissement etc.).]

La prison, dans les société démocratiques actuelles, a deux fonctions officielles:

1. Protéger la société de ses éléments les plus dangereux.

2. Réinsérer les éléments déviant dans le droit chemin.

Concernant le premier point, il est complètement défendable, si ce n'est que 3/4 des gens qui sont en prison le sont pour des délits mineurs ou sans lien avec la "dangerosité".

Le deuxième point au contraire n'est même pas défendable. Les individus qui ont trouvé en prison un terrain fertile pour une réinsertion sont tellement minoritaire que lorsque cela arrive on en fait des films ou des héros  pour émissions de  télévision formaté. A' l'inverse, la prison est un centre de formation géant pour délinquants.

Il est donc clair que le système pénale basé sur l'incarcération est un moyen inadéquat et qui ne remplie qu'en (petite) partie les fonctions que l'on attend. Je pense que tout le monde sera d'accord jusque là.

 

Je ne vais pas faire la comparaison entre ces différentes conceptions de la justice, car chaque personne le portera sur la base de ses valeurs. Toutefois, je me rappelle que lorsque nous avions eu cette discussion avec mes amis, et que à l'un d'entre eux qui était musulmans je disais être horrifié par les flagellations et autres sanctions corporelles, celui -ci m'avait demandé ce qui était pire selon moi: de passer des années de privation de liberté en prisons (sans compter les violences, abus et humiliations qui y sont directement ou indirectement liés) ou d'être bastonner, de perdre une main ou de subir un quelconque châtiment corporel en restant libre. En ce qui me concerne c'est clair, je préfère garder ma liberté au dépend de mon intégrité physique.

 

Elle est là la différence, entre la justice civile et la justice religieuse: Dans la société civile du XX et XXI siècle nous  assistons à une sanctification (sic!) du corps. L'Homme qui était jusque là consideré d'abord comme une âme, une psyché et seulement dans un second temps comme un corp ou une enveloppe charnelle; cet Homme devient  aujourd"hui avant tout un corps (mon esprit taquin voudrait dire un "outil de travail"), l'âme et la psyché  étant relégué au second plan et ayant une valeur seulement sur le plan productif.

C'est l'apparition de l'homme objet aux dépend de la race aujourd'hui éteintes des Hommes Sapiens.

 

Pour illustrer cet article, un monument de la chanson: Johnny Cash "25 Minutes to go", une des plus belles chansons sur la peine de mort (texte en contrebas). Version enregistré à la prison de Folsom.

 


  Well they're building a gallows outside my cell I've got 25 minutes to go
And the whole town's waitin' just to hear me yell I've got 24 minutes to go
Well they gave me some beans for my last meal I've got 23 minutes to go
But nobody asked me how I feel I've got 22 minutes to go

 

Well I sent for the governor and the whole dern bunch with 21 minutes to go
And I sent for the mayor but he's out to lunch I've got 20 more minutes to go
Then the sheriff said boy I gonna watch you die got 19 minutes to go
So I laughed in his face and I spit in his eye got 18 minutes to go

 

Now hear comes the preacher for to save my soul with 13 minutes to go
And he's talking bout' burnin' but I'm so cold I've 12 more minutes to go
Now they're testin' the trap and it chills my spine 11 more minutes to go
And the trap and the rope aw they work just fine got 10 more minutes to go

 

Well I'm waitin' on the pardon that'll set me free with 9 more minutes to go
But this is for real so forget about me got 8 more minutes to go
With my feet on the trap and my head on the noose got 5 more minutes to go
Won't somebody come and cut me loose with 4 more minutes to go

 

I can see the mountains I can see the skies with 3 more minutes to go
And it's to dern pretty for a man that don't wanna die 2 more minutes to go
I can see the buzzards I can hear the crows 1 more minute to go
And now I'm swingin' and here I go-o-o-o-o-o-o-o-o-o!

 

 


Premières illustration: Rembrandt - Le christ et la femme adultère

Deuxième illustrations: prison Panoptique

Partager cet article

Repost 0
Published by UcCaBaRuCcA - dans Société
commenter cet article

commentaires

medicalbilling processor 17/07/2014 09:38

Crime and punishment are interlinked and if you have committed a crime, then you have to pay the penalty in front of God. Thanks for writing up an informative article related to it. Every sin is present in front of God and you have to undergo the punishment at the time of judgment.

UcCaBaRuCcA 17/07/2014 10:26

There is not much question about the crime and punishment on a religious point of view: everything is written in the Book.
The main question I try to rise here is the conflict between the civil society punishment (jail, death sentence in some country) in other words, the punishments in the name of mens, and the religious punishments (in the name of God).
In few words, I think sometimes mens are quite more severe than gods will....

UcCaBaRuCcA 04/11/2011 20:31



Chers Vincent,


Je sais quqe certains détenu sont employé et sous payé par certaines entreprises, toutefois je ne pense pas que ce soit à but lucratif pour l'Etat. Je l'avous, je n'ai aucune idée de combien
représente ces détenu salarié par rapport au nombre totale de détenu, mais je doute qu'ils soient très nombreux. Dans tous les cas, l'incarcération coute beaucoup plus cher à l'Etat que les
revenus qu'elle pourrais engendré. On ne peux donc pas soupçonné (à mon sens) l'Etat de vouloir faire de l'argent sur le dos des detenus. D'autant plus que ce travail, souvent, est une
alternative à l'ennui du quotidien, et il est promus pour ces bénéfice en terme de réinsertion. Quand aux entreprises qui utilisent cette force de travail pas chere, mon sentiment est plus
mitigé, mais pas encore bien défini.


Amicalement!


 


UcCa



Vincent 03/11/2011 22:14


" A' mon sens ce qui est important dans ce thème c'est de voir à quel point le système actuel, l'incarcération généralisé, est néfaste, contre productifs, et couteux. " En êtes-vous si sûr ?
Savez-vous que les prisonnier travaillent pour des entreprises, et cela, pour un salaire de misère ? J'ai moi-même travaillé dans une entreprise qui employait des prisonniers dans une maison
d'arrêt. En plus du travail pour mon entreprise ou ils étaient payé à la pièce et suivant les besoin ( 0,03 cts d'euros - salaire mensuel moyen = moins de 100 euros - pas de contrat de travail,
rien ) , certains prisonniers conditionnaient des parfums qui provenaient de bidons pour les mettre dans des petites fioles, puis ils étiquetaient la fiole avec un nom de marque : " ....occitane ".
La maison d'arrêt ? Nimes ... Et oui, ceux qui promeuvent "l'occitan" comptent des esclavagistes. En y regardant de plus prêt, il n'y a rien d'étonnant. Les prisonniers sont un plat de choix pour
ces gens là : pas la peine de délocaliser en Chine.


UcCaBaRuCcA 08/03/2011 19:01



Qu'est ce que tu entends par "Innocent"? je comprends pas la phrase.


Au contraire les Lois divines ne cautionnent pas du tout la condamnation d'innocents.


A' mon sens ce qui est important dans ce thème c'est de voir à quel point le système actuel, l'incarcération généralisé, est néfaste, contre productifs, et couteux. C'est le genre de débat qui
devrait être posé dans une démocratie, pourtant on n'en parle jamais de ces milliers de gens qui sont enfermé. Leur crime peuvent être terrible, mais en tant qu'Hommes ils (et elles) ont le droit
à ce qu'on se pose au moins la question de la legittimité de la privation de la liberté.



SimSalatrim 08/03/2011 13:12



Bon article à mon sens. Concernant la flagellation et la main coupée, je serais moins dur. Couper une main pour un vol banal, la sanction me semble disproportionnée par rapport à la faute. Mais
il est vrai que je suis plutôt un adepte du "oeil pour oeil dent pour dent". Le problème, c'est que personne n'est à l'abri de commettre un drame par accident. Le prix de la justice, severe,
juste mais impitoyable, doit peut-être se faire en sacrifiant quelques "innocents". 


Sans oublier que les prisons sont des pompes à fric qui ne rapportent pas grand chose en retout à la société (le retour de gens réintégrés est plutôt rare en effet)



Présentation

  • : En regardant par la fenetre
  • En regardant par la fenetre
  • : Un blog sur l'actualité, la politique, la société, l'économie, l'information. Plusieurs rédacteurs de tout horizons politiques et géographiques. Le but étant le dialogue, chaque commentaire trouvera une réponse de notre part.
  • Contact