Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 mai 2010 5 07 /05 /mai /2010 10:32

                                  h-3-1284018-1223550722

Sujet épineux que celui des banques. Il mériterait plusieurs tomes à lui tout seul, car impossible de tout résumer en un seul papier. D’un côté, difficile d’imaginer un monde sans ces institutions financières qui introduisent et font circuler les capitaux dans nos sociétés actuelles, quasi-majoritairement libérales. De l’autre, qui n’a pas souhaité voir la disparition de ces entreprises dont les agissements, notamment aux Etats-Unis, ont été à l’origine de la plus grave crise de ces cent dernières années, celle des « subprimes » (crédits hypothécaires hautement risqués).

En début de semaine, le chef de l’Etat Nicolas Sarkozy a demandé aux responsables des principales banques du pays de rester "pleinement mobilisées" pour assurer le financement de l'économie en période de reprise, en facilitant notamment l’accès au crédit pour les PME et le TPE. Pourquoi ce rappel à l’ordre ? Tout simplement car les banques ont repris leurs mauvaises habitudes initiales, à la barbe et au nez des contribuables qui, pour la plupart, injectent chaque mois leurs (maigres) économies dans leurs comptes misérablement rémunérés.

Rappel des faits. Fin 2008, le gouvernement français, à l’instar de celui américain, est obligé d’intervenir afin de sauver les banques du marasme dans lequel elles se trouvent suite à la crise des subprimes. Des milliards d’euros provenant du contribuable (vous), sont ainsi insufflés dans les plus grandes banques du pays pour leur éviter la banqueroute. Afin d’obtenir ces aides, les banques avaient juré qu’à l’avenir elles seraient exemplaires vis-à-vis des bonus, parachutes dorés et autres stock-options qu’elles verseront à leurs dirigeants et traders. Autre condition pour obtenir cette aide, faciliter l’accès au crédit.

Un an et demi plus tard, où en sommes nous ? La Société Générale a annoncé cette semaine  un bénéfice s’élevant à 1,06 milliard d'euros pour les trois premiers mois de l'année contre une perte de 278 millions un an plus tôt. Les autres banques du pays ne devraient pas décevoir non plus. De son côté, la banque américaine Goldman Sachs, la plus puissante du monde, avait accordé en 2009 16,2 milliards de dollars de salaires et bonus à ses employés en 2009, après avoir réalisé un bénéfice net de 12,192 milliards de dollars, contre 2,041 milliards de dollars un an plus tôt. Plus généralement, les bonus accordés l’année dernière aux Etats-Unis ont renoué avec la hausse, signe que les soucis du passé n'ont plus lieu d'être.

                              020382150018_web.jpg

Bref, l’argent coule à nouveau à flot et la crise semble déjà bien oubliée, tout comme les bonnes résolutions promises afin de bénéficier des aides étatiques. Car l’accès au crédit est toujours aussi difficile pour les petits et modestes revenus, malgré les (légers) assouplissements en la matière.  Une situation qu’ile st difficile de justifier quant on sait de quelle façon opèrent les banques. Celles-ci louent leur argent à des taux extrêmement faibles auprès des banques centrales (entre 0 et 0,25% aux USA et 1% en Europe), pour ensuite proposer des crédits à 4, 5, 6 pour cent, voire plus à leurs clients. Au passage, le bénéfice qu’elles engrangent sur chaque opération est énorme. Ne pourraient-elles pas proposer des crédits plus judicieux (2% ou 3%), en ayant, bien sûr, pris soin de s’assurer de la solvabilité de leurs clients ? Ne pourraient-elles pas, à leur tour, aider les contribuables, à qui personne n’a demandé leur avis quand il a fallu voler au secours des banques ? Ce serait, il me semble, un juste retour des choses, un acte moral, et surtout, un acte civil. 

Liens utiles :

Bonus, le grand écart entre Paris et les autres

L’affaire Goldman Sachs pour les nuls

Vidéo: Les étranges Bonus de Goldman

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by SimSalatrim - dans Economie
commenter cet article

commentaires

UcCaBaRuCcA 07/05/2010 11:14



Attention, c'est le révolutionnaire qui va parler. Je précise que je n'y connaît absolument rien en finance, mais d'après ce qu'il m'ai donné de comprendre, les banques font partie de la grande
entourloupe mondial pour l'exploitation des travailleurs (petits épargnant).


Je conteste:


1. le taux d'intérêt.9a sort d'ou un taux d'intérêt? Pourquoi est ce que l'argent en lui même devrait fructifier de l'argent sans travail? Admettons que l'argent c'est à l'origine un bout de
papier pour remplacer une quantité d'or (difficilement transportable). la somme d'argent correspond au réserves d'or de chacun. Je n'ai jamais vu l'or se multiplier (à moins qu'on ai trouver la
pierre philosophale et qu'on ne m'en ai rien dit!) donc je vois pas pourquoi le pâpier se multiplierait. N'est ce pas là la cause de l'inflation, et pas ce biais de beaucoup de nos maux?


2. les institutions bancaires. Ce sont des filous (euphémisme). Non seulement ils se font de l'argent grâce à nos économies (en échange ils nous en donnent une part), mais en plus ils essaient de
nous refiler des assurances, des forfait téléphoniques, bref des prestations "non bancaires" au double du prix du marché pour nous sucer un peu plus le sang.


3. En plus de ça leur activité "caché" sont moralement plus que douteuse (blanchiment d'argent, intermédiaires dans certaines affaires, participation au trafic d'armes etc...)


J'aurais aimé que M. Sarkozy fasse un référendum pour demander au peuple français si on devait sauver les banques après la crises des subprimes. Evidemment le résultat aurait été "oui" du fait
des émissions de télé alarmiste (à juste titre d'ailleurs) en cas de non, mais au moins les banques se serait chi** dessus un bon coup et auraient compris que on peut pas nous entuber à longueurs
d'années, à longueur de vie. Malheureusement, la réalité est autre: on peut et on nous entubera toujours, tout le temps.



Présentation

  • : En regardant par la fenetre
  • En regardant par la fenetre
  • : Un blog sur l'actualité, la politique, la société, l'économie, l'information. Plusieurs rédacteurs de tout horizons politiques et géographiques. Le but étant le dialogue, chaque commentaire trouvera une réponse de notre part.
  • Contact